Première nuit nuptiale : Pourquoi cette peur du sexe masculin ?

1383

« Quand la peur devient paralysante ! »       

Par le Pr. Serigne Samba Ndiaye

Enseignant Chercheur Phytothérapeute

Libellé des Questions / Réponses

Bonjour Professeur, la plupart des jeunes filles semblent avoir peur de ce premier contact sexuel. Qu’est ce qui explique cela selon vous ?

Bonjour. Disons que c’est l’inconnu. Une fille ne sait pas vraiment ce qu’est un pénis. Elle n’en a pas, donc elle doit imaginer. Qui dit imaginer dit que l’on peut se tromper : imaginer le pire (pire que la réalité) ou imaginer beaucoup mieux que la réalité. Une fille peut rêver d’un sexe masculin plus romantique ou plus agressif qu’il ne l’est dans la vraie vie.

En outre, beaucoup de filles ont une image très erronée de leur sexe à elle. Elles ne le visualisent pas assez large ou pas suffisamment profond pour une relation sexuelle. Elles ont l’impression qu’il y a une dissymétrie entre vagin et pénis, qu’il ne pourra jamais rentrer. D’où une peur de ce sexe masculin qui leur paraît démesuré.

Bonjour Professeur, est ce que la rumeur autour de l’hymen ne fait pas aussi peur ?

Bonjour. Bien sûr que oui. Une autre origine de la peur, c’est la façon dont on entend parler de la première fois. « La première fois, ça fait mal, ça déchire l’hymen, ça saigne. Il faut percer l’hymen, etc. » Le pénis a l’air d’une arme. On parle d’ailleurs de « tirer un coup », ou d’une « épée dans son fourreau », le pénis est parfois comparé à un « gourdin »… Et toutes ces paroles propagées sans penser à mal par n’importe qui peuvent faire peur. Une jeune femme jeune mariée, incapable de faire l’amour disait : « J’ai peur de me faire empaler ! »

Bonjour Docteur, l’éducation reçue ainsi que certaines expériences négatives ne concourent-elles pas à faire naître cette peur chez la jeune femme ?

Bonjour. Très juste. L’éducation de la part des parents contribue souvent à la mauvaise image du sexe masculin. Si les parents expliquent que le sexe, « c’est sale », « c’est mal » ou disent : « Tu verras ma fille, les hommes font souffrir les femmes »… Cela n’aide pas à avoir une idée positive de la sexualité. Et le pénis peut concentrer cette peur.

D’autre part, la peur peut aussi être due à des expériences réelles et négatives : une agression sexuelle physique bien sûr, mais aussi une agression visuelle. Une petite fille qui voit un pénis d’adulte peut se sentir effrayée, qu’il s’agisse de la réalité ou d’images, d’un exhibitionniste ou d’un film X. Et puis, il existe des agressions physiques sans connotation sexuelle apparente qui auront pourtant un retentissement sexuel, comme par exemple cette maman qui a mis de force un tampon à sa fille lors de ses premières règles ; ou encore comme une consultation gynécologique avec examen sans explication à 13 ans, ou bien, une blessure accidentelle entre les jambes… Le fait de percevoir une agression dans la région génitale peut entraîner une peur de la pénétration vaginale qui va se transformer en peur du pénis, puisque c’est lui qui doit, le plus naturellement du monde être l’organe de la pénétration sexuelle.

Enfin, la peur du sexe masculin peut être beaucoup moins palpable immédiatement. Elle peut prendre racine dans la peur de la grossesse, car le pénis est le pourvoyeur de bébés. Elle peut aussi venir de la peur d’attraper une maladie. Car s’il existe des personnes qui se lavent les mains 50 fois par jour, il en existe aussi qui ont très peur du contact avec un sexe étranger qui pourrait leur transmettre le sida ou une autre IST.

Bonjour Professeur, lors de la première nuit nuptiale, mon mari n’arrivait pas à me pénétrer, j’avais le vagin presque fermé. On m’a dit que c’est le vaginisme. Expliquez moi car je n’y comprend rien.

Bonjour. La peur du pénis ne va de presque rien : une petite appréhension, naturelle au début  à une paralysie totale. Presque toutes les filles peuvent ainsi ressentir une petite peur, une appréhension légitime devant l’inconnu qu’est le sexe masculin. Mais dans certains cas, cela va très loin, comme en cas de vaginisme. Le corps a tellement peur du sexe masculin qu’il refuse la pénétration du pénis dans le vagin. Les muscles qui enserrent le vagin se serrent tellement fort qu’il est impossible d’y entrer.

Dans un tel cas, la peur peut faire barrière à une relation, devenir paralysante et empêcher totalement de vivre une vie amoureuse.

Bonjour Professeur, comment peut-on lutter contre cette peur ? A-t-on la possibilité de changer les émotions de peur ?

Bonjour. Oui, c’est bien possible. Il suffit de s’informer  sur ce qu’est réellement un sexe masculin. Il est en réalité très loin de l’image terrifiante qu’en ont certaines filles. Il est très doux, car sa peau est la plus fine du corps masculin. Elle ressemble à celle des paupières. Son gland, tout au bout, est très doux et très rond, et il est même spongieux, de manière à amortir la pénétration : il se déforme très facilement pour se mouler à la forme du vagin. La tige du pénis, même en érection, reste souple et malléable, car elle contient aussi un corps spongieux qui permet au pénis de s’adapter exactement à la taille du vagin dans le sens de la largeur sans le distendre. Et puis, il est bon de savoir qu’un pénis, c’est très fragile. À la moindre inquiétude, l’érection s’arrête…

Bonjour Docteur j’aimerais avoir quelques conseils d’hygiènes pratiques pouvant aider à lutter contre les douleurs à la pénétration.

Bonjour. Il y en a plusieurs :

1 Si tu dois utiliser du lubrifiant, choisis-le à base d’eau.

2 Remets du lubrifiant pendant le rapport sexuel s’il dure un peu.

3 Fais durer les préliminaires.

4 Exprime ta douleur à ton partenaire, ton besoin de douceur de manière à ce qu’il s’adapte à toi.

5 Va uriner après chaque rapport sexuel si le besoin se fait sentir. Le fait de garder longtemps les urines alors que le besoin se fait sentir, peut favoriser les infections.Ou au mieux, aller uriner avant le rapport sexuel.

6 Rince ta vulve à l’eau froide après l’amour.

7 Si tes douleurs persistent, demande à ton médecin de te prescrire un anesthésique local à appliquer à l’entrée du vagin.

Commentaires

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here