Les Verrues génitales ou Condylomes : Comment combattre ces « Socet » chez la Femme ?

6340

« Faites attention aux attouchements sexuelles ! »

Par le Pr. Serigne Samba Ndiaye

Enseignant Chercheur Phytothérapeute

Libellé des Questions / Réponses

Bonjour Docteur, j’entends souvent parler de « socet » on condylome mais je ne comprends pas. Pouvez-vous m’expliquer un peu ?

Bonjour. Les verrues sont des tumeurs cutanées bénignes qui peuvent apparaître une à une ou en groupe sur presque toutes les parties du corps. Bien que chaque type de verrue porte un nom particulier, elles sont toutes causées par diverses lignées du virus papilloma. Ce virus réussit à tromper l’organisme et à se loger dans ce qu’on appelle la verrue elle-même. Ces verrues génitales ou condylomes génitaux sont des infections sexuellement transmissibles. Le virus responsable de ces verrues génitales (également appelées condylomes génitaux ou crêtes de coq) est connu sous le nom de virus du papillome humain (VPH), et la plupart des personnes qui portent ce virus ne le savent même pas. Ce virus peut être contracté facilement dès les premiers attouchements sexuels. Ce que beaucoup de personnes ne prennent pas en considération, c’est que même s’il n’existe pas de traitement pour supprimer le virus, il en existe pour traiter les verrues génitales qui en résultent.

Bonjour Professeur, où se situent ces verrues chez la personne ?

Bonjour. Chez la femme, elles apparaissent à l’extérieur et à l’intérieur du vagin, le col de l’utérus, l’utérus et autour de l’anus. Chez l’homme, les verrues sont également présentes sur le bout du pénis, la verge, la zone du scrotal et autour de l’anus. Les symptômes sont moins évidents que chez la femme. Les verrues génitales peuvent également se développer dans la bouche et la gorge d’une personne ayant eu des relations sexuelles buccales étant infectée.

Bonjour Docteur, comment attrape-t-on le virus HPV ?

Bonjour. Les types d’HPV qui provoquent des verrues génitales, des anomalies des cellules cervicales (dysplasie) et/ou un cancer du col de l’utérus se transmettent de personne à personne via un rapport sexuel ou un contact (génital) cutané intime. Ils ne se transmettent pas par inhalation, contact avec des objets inanimés (tels qu’une poignée de porte) ou poignées de main.
Les préservatifs offrent une certaine protection. Toutefois, ils ne peuvent pas prévenir totalement l’infection, car ils ne couvrent pas toutes les zones de la région génitale. Il est important de savoir que, même si le fait d’avoir plusieurs partenaires sexuels augmente le risque de contracter l’HPV, une seule personne suffit à vous contaminer. Il est également important de garder à l’esprit que même les femmes qui n’ont qu’un seul partenaire sexuel depuis des années doivent se faire dépister au cas où elles auraient des cellules anormales susceptibles d’évoluer en cancer du col de l’utérus. Tout simplement parce que l’HPV peut rester dormant (« caché ») dans les cellules cervicales pendant des mois voire des années. À ce stade, le virus est inactif ; il ne sera pas détecté lors d’un test de dépistage, ne se transmettra pas et ne causera pas de problèmes. Toutefois, l’infection pourra « ré-émerger » plus tard, peut-être suite à des modifications dans le système immunitaire du corps. Il est impossible de déterminer exactement à quel moment et par quelle personne vous avez été contaminée.

Bonjour Professeur, est-ce que le virus HPV provoque-t-il toujours un symptôme ?

Bonjour. Le plus souvent, les types génitaux d’HPV ne provoquent pas le moindre symptôme. En général, l’infection disparaît ou est éliminée par le corps avant que des problèmes surviennent. Toutefois, il arrive que l’infection persiste, entraînant la formation de cellules anormales. Dans le cas des types HPV Haut Risque (potentiellement cancérigènes), le seul moyen de savoir si vous êtes porteuse du virus avant qu’un cancer du col de l’utérus ne se développe est d’effectuer un frottis cervico-utérin et (si vous avez plus de 30 ans) le test HPV. En prenant les infections persistantes à un stade relativement précoce de leur développement, les cellules anormales peuvent être détectées et enlevées avant de devenir cancéreuses. C’est pourquoi un test de dépistage régulier de l’HPV est si important.

Bonjour Docteur, est ce que tous les types de virus HPV peuvent causer un cancer du col de l’utérus ?

Bonjour. Je dirais non. Vous savez, l’incidence du cancer du col de l’utérus est souvent associé à une irritation du col due à une infection virale du genre herpès ou papillomavirus (HPV ou human papilloma virus). La majorité des femmes souffrant de ce cancer ont été infectées par ce type de virus. Généralement le système immunitaire neutralise aisément le HPV et les tissus retrouvent leur état normal au bout de 6 à 12 mois. Des expositions multiples au HPV associent des infections répétées à des lésions chroniques des tissus perturbant la multiplication cellulaire et augmentant le risque cancérigène. Cependant, il existe plus de 100 génotypes de HPV. Une quinzaine de ces papillomavirus, dits à haut risque ou oncogènes, est associée au développement du cancer du col de l’utérus.

Bonjour Professeur, quel conseils pratiques proposez-vous pour soigner ces verrues ou même un début de cancer du col ?

Bonjour. Sachez d’abord que les traitements que nous proposons sont entièrement naturels et efficaces. Un grand nombre de nos clients font partie de ceux dont le traitement médical obtenu par leur médecin s’est avéré inefficace.

1 En effet, pour le traitement des verrues, plusieurs possibilités s’offrent à vous :

Il est possible de traiter les verrues avec succès, en y appliquant directement de la vitamine A. Prenez une gélule qui contient 25000 UI de vitamine A naturelle provenant d’huile de poisson ou d’huile de foie de poisson. Ouvrez la gélule et laissez couler une petite quantité du liquide qu’elle contient, directement sur la verrue. Massez pour faire pénétrer la substance. Faites appliquer une fois par jour. La vitamine doit être appliquée uniquement sur la peau. A fortes doses, elle peut être toxique.

2 Vous pouvez appliquer une goutte d’huile de ricin sur la verrue. C’est très efficace, surtout additionnée de bicarbonate de soude.

3 Vous pouvez aussi essayer l’ananas : Ce fruit contient une abondance d’enzymes protéolytiques. Je vous suggère de couper un petit carré de pelure d’ananas et d’appliquer le côté charnu de cet emplâtre directement sur la verrue.

4 Le basilic ou « ngun ngun » : Cette plante aromatique contient une abondance de substances complexes antivirales. Un remède empirique traditionnel courant pour les verrues ou condylomes, consiste à frictionner ces dernières de feuilles de basilic écrasées.

5 Enfin, pour le traitement du cancer du col de l’utérus, je vous suggère d’essayer le Ximenia americana, le Securidaca longipedunculata ou le Trichilla roxa. Mais si le mal est à son début, une décoction d’Azadirachta indica reste très efficace.

NB : Certaines femmes ont des difficultés à consommer leur mariage à cause de ces verrues : leurs vagins étant complètement fermés.  Nous leur conseillons cependant de ne jamais essayer de les faire couper car, cela pourrait entraîner une infection grave ou même les rendre frigides. Autre précision: il faut bien que ces condylomes s’accompagnent souvent de démangeaisons.

 

Commentaires

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here