Lexique

Définition de certains mots et expressions courants de la medecine en générale

A -Anticorps : les anticorps appartiennent à une famille de protéines, immunoglobulines. Dès q’un antigène étranger est mis en circulation, il déclenche la formation d’anticorps spécifiques capables de reconnaître et éventuellement de bloquer une partie de la molécule. Les anticorps se fixent sur les antigènes afin de les défendre contre un corps étranger.
Anticorps de surface ou immunoglobuline de surface : Il se situe à la surface des lymphocytes B dont le rôle est de reconnaître son antigène spécifique.
Antigène : l’antigène est une substance étrangère à un organisme susceptible d’engendrer une réaction immunitaire lorsqu’elle est introduite chez un individu. Cette réaction déclenche la fabrication d’anticorps spécifiques. Il existe différent groupe d’antigènes : les antigènes microbiens, viraux ou parasitaires, les antigène sanguins A et B (sucre du genre galactose), les antigène dit de transplantation ou d’histocompatibilité portés par les tissus (ce qui explique le phénomène de rejet de greffes)…
Antitumoral : L’effet antitumoral d’un médicament ou d’un traitement s’opère lorsque l’on observe une régression des tumeurs malignes.
Autologue : se dit de toute substance organique prélevée sur le sujet lui-même.
Acides biliaires : Ils sont libérés par la vésicule biliaire, ils jouent un rôle important dans la digestion des graisses.
Acétonurie : c’est la présence d’acétone dans les urines
Analgésique : substance qui fait disparaître la sensibilité à la douleur
Antioxydant : molécule qui protège l’organisme des radicaux libres
Anthelminthique : substance qui aide à expulser les vers intestinaux
Antiamibien : substance qui tu les amibes
Antiagrégant plaquettaire : substance ayant pour rôle d’empêcher l’agrégation des plaquettessanguines
Albuminurie : c’est la présence d’alumine dans les urines
Anti-antiasthénique : substance qui prévient la fatigue
Anurie : absence totale d’urine dans la vessie
Antibactérien : substance qui détruit ou diminue la croissance des bactéries
Anticoagulant : substance qui empêche la coagulation du sang
Antidiabétique : substance qui diminue le taux de glucose sanguin
Anti diarrhéique : substance qui arrête la diarrhée
Anti fermentaire : substance qui diminue le fermentation productrice de gaz dans l’intestin
Antifongique : substance qui diminue la croissance des champignons ou qui les détruit
Anti-ictérique : substance qui diminue l’ictère
Anti-inflammatoire : substance qui réduit les inflammations et les douleurs qui en résultent
Anti lithiasique : substance qui empêche et détruit les calculs biliaires ou rénaux
Anti malarique : substance luttant contre l’accès de fièvre due au paludisme par destruction du parasite
Anti oedémateux : substance, qui diminue ou annihile l’apparition des oedèmes
Antipyrétique : substance faisant baisser la fièvre
Anti septique : substance s’opposant à la prolifération des germes pathogènes dans ou à la surface de l’organisme
Antirachitique : substance qui empêche une mauvaise calcification des os
Antispasmodique : substance qui empêche les contractures ou spasmes
Antitussif (ve) : substance qui empêche les quintes de toux
Anxiolytique : substance qui diminue l’anxiété
Artérite : oblitération progressive des artères

B

B -Biologie : la biologie étudie tous les phénomènes vitaux : la cellule (biologie cellulaire, moléculaire), l’individu, l’espèce, la reproduction (embryologie, génétique) comme le milieux où les êtres vivants se développent (écologie).
Biotechnologie : utilisée dans le domaine de la chimie et de la pharmacologie, la biotechnologie met en œuvre des microorganismes en vue d’effectuer des synthèses ou des transformations
Bassinet : zone du rein en forme d entonnoir, qui recueille l’urine et d’où part l’uretère
Blennorragie : urétrite à gonocoques
Bol fécal : volume des selles

C

Cancer : maladie liée à la multiplication incontrôlable de cellules dites « malignes ».
Cette maladie se présente en général sous la forme de tuméfactions, de nodules ou de masses.
La majorité des cancers sont issus de la transformation maligne d’une seule cellule normale qui se multiplie et, désobéissant aux règles physiologiques, envahit l’organisme. certains processus malins ne donnent pas de tumeurs comme dans le cas de leucémies. Le cancer est néanmoins défini comme une prolifération cellulaire qui à tendance à persister, s’accroître en détruisant et envahissant les tissus de façon anarchique sous forme de colonies ou de métastases.
Le cancer se développe au départ dans un organe, et prend alors le nom de celui-ci : Cancer du poumon
Dans un même temps, il peut se développer à distance : les cellules cancéreuses peuvent “s’échapper” de l’organe où elles se sont développées initialement, pour ’”contaminer” un organe à distance (métastase).
Cellule : unité fondamentale, morphologique et fonctionnelle de tout être vivant, la cellule se compose d’une membrane périphérique limitant le protoplasme ou cytoplasme au sein duquel se trouve le noyau contenant les chromosomes.
Cellule NK : la terminologie anglaise NK (Natural Killer) signifiant cellule tueuse naturelle, est utilisée pour désigner des cellules qui jouent un rôle important dans l’ummunosurveillance de l’organisme.
Cellule endothéliale : cellule polygonale, aplatie, reposant sur une fine basale tapissant le cœur et les vaisseaux sanguins et lymphatiques.
Cellule souche : cellule capable de se reproduire pour assurer la permanence de sa lignée, mais également de se différencier et donner ainsi des cellules spécialisées.
Cellule souche hématopoïétique : Une cellule souche est une cellule à l’origine d’une ou de plusieurs lignées cellulaires, capable de maintenir une production cellulaire tout au long de la vie. Les cellules souches hématopoïétiques produisent des cellules sanguines : globules rouges et les différentes catégories de globules blancs : granulocytes, lymphocytes…
Chimiothérapie : terme générique désignant tout traitement par des agents chimiques.
Chromosome : le chromosome est chimiquement formé par une molécule (la plus petite quantité de matière pouvant exister à l’air libre) d’acide désoxyribonucléique (A.D.N.) comprenant plusieurs centaines ou milliers de gênes (unité héréditaire élémentaire) accrochés les uns aux autres dans un ordre très précis qui conditionne le code génétique.
Chronobiologie : nos organes et nos cellules fonctionnent différemment selon l’heure du jour ou de la nuit. L’efficacité et la tolérance des médicaments peuvent aussi varier, il est des heures propices à chaque produit.
Chronothérapie : la chronothérapie consiste à injecter des substances anticancéreuses à des heures déterminées par leurs effets chronologiques respectifs sur diverses cellules.
Cultures cellulaires : des méthodes permettent, après avoir prélevé des cellules dans un organisme, de les faire se multiplier in vitro. Les cellules ainsi cultivées peuvent servir à étudier plus aisément le tissu cancéreux.
Cycle cellulaire : ensemble des phases qui permettent la division d’une cellule.
Cytokines : les cytokines sont des substances produites par les cellules immunocompétentes activées par l’antigène. Leur action est de réguler la réponse immunitaire soit dans le sens d’une amplification soit dans celui d’une suppression. Parmi les cytokines, on trouve les interleukines, lymphokines, les monokines, les interférons…
Cytostatiques : substances qui inhibent la division d’une cellule.
Cholérétique : substance qui augmente la sécrétion de la bile
Calcul : lithiase , pierre
Calice : organe des voies urinaires
Coliques néphrétiques : migration de calcul dans les voies urinaires entrainant des douleurs intenses
Cholagogue : substance qui facilite l’évacuation de la bile des voies biliaires, extra hépatiques, surtout de la vésicule
Corticosurrénale : glandes hormonales coiffant chaque rein
Cystite : c’est l’inflammation de la vessie
Cirrhose : c’est la maladie du foie due à une destruction progressive du tissu hépatique
Cystographie : c’est l’examen de la vessie à l’aide d’un cystoscope
Colibacillose : inflammation de l’intestin due à l’action des colibacilles
Colites : c’est l’inflammation de l’intestin avec fermentation intestinale
Coliques : gonflements ventraux

D

Diurèse : volume d’urine émise en 24 heures (quantité et composition)
Diurétique : qui permet l’augmentation de la sécrétion d’urine
Dysurie : c’est la difficulté à uriner
Diabète : maladie métabolique caractérisée par un taux élevé de sucre dans le sang
Dépuratif : substance qui élimine les impuretés de l’organisme
Drépanocytose : maladie héréditaire due à la présence d’une hémoglobine particulière qui déforme les globes rouges.
Dysenterie : maladie infectieuse provoquant de violentes coliques et entrainant une déshydratation

E

Emollient : adoucissant
ECBU : examen cytobactériologique des urines
Enurésie : Incontinence urinaire nocturne
Échographie : enregistrement graphique d’échos ultrasonores obtenus par réflexion des signaux par les interfaces entre des milieux d’impédance acoustiques différents que traverse un faisceau d’ultrasons.
Endothéliale (cellule) : cellule polygonale, aplatie, reposant sur une fine basale tapissant le cœur et les vaisseaux sanguins et lymphatiques.
Enzyme : ce sont des protéines spécifiques qui participent aux réactions biochimiques de l’organisme.
Épidémiologie : étude de la fréquence des maladies dans les populations humaines, et des variations de cette fréquence en fonction de divers facteurs tels que l’environnement, le mode de vie, ou les caractères génétiques.
Epithélium : tissu non vascularisé exclusivement constitué de cellules juxtaposées réalisant soit des membranes continues (épithélium de revêtement) soit des formations sécrétantes( épithélium glandulaire).
Exérèse : ablation chirurgicale d’un organe, d’une tumeur ou d’un corps étranger.

F

Fébrifuge : substance qui fait baisser la fièvre
Facteur de croissance : ces substances maintiennent l’équilibre cellulaire de l’organisme en régulant les flux de production.Certains facteurs de croissance tels que les hormones, agissent loin de leur lieu de synthèse. Ainsi, le rein sécrète l’érythropoïétine, une hormone qui contrôle la production de globules rouges par la moelle osseuse. Grâce au génie génétique, ces facteurs de croissance cellulaire peuvent être purifié et reproduits en grande quantité.
Fibroblastes : cellules dérivées des cellules souches. Ces cellules du micro-environnement jouent un rôle important pour maintenir un milieu favorable au renouvellement des tissus de nos organes.
Fluoropyrimidines : ce sont des pyrimidines (voir définition) auxquelles on a remplacé un atome d’hydrogène par un atome de fluor.

G

Galactophore : conduisant le lait sécrété vers le mamelon
Gastrites : ce sont des inflammations de l’estomac
Glycémie : taux de sucre dans le sang
Globe vésical : une vessie pleine lors dune rétention d’urine
Glucoserie : présence de sucre dans les urines
Gène : partie de chromosome qui contrôle un caractère héréditaire. Chacune des étapes de la vie cellulaire est contrôlée par un groupe de gènes capable de fonctionner comme une unité de commande séparée mais intégrée dans le système social et économique du tissus, de l’organe et de l’organisme tout entier grâce à des réseaux de signalisations multiples, complexes et très performants.
Génie génétique : le génie génétique permet d’isoler, de cloner, de recombiner des gènes in vitro. Une autre utilisation de génie génétique consiste à faire reproduire en les purifiants des substances très complexes présentes dans notre organisme en très petite quantité telles que l’insuline, les protéines, les anticorps, etc.
Génome : ensemble de toute l’information génétique d’un individu contenu dans chacune de ses cellules.
Greffe de moelle : consiste à injecter des cellules sanguines d’un donneur

H

Hématopoïèse : ensemble des mécanismes qui assure le renouvellement continu et régulé des différentes cellules du sang : globules rouges, globules blancs, plaquettes.
Histocompatibilité : degré de similitude des caractères antigéniques des tissus d’un donneur et d’un receveur de greffe intervenant, dans la survie de la greffe.
Histo-pathologie : branche de l’anatomie pathologique qui s’attache à l’étude microscopique des lésions tissulaires, permettant d’apprécier leurs caractères architecturaux et cellulaires.
Homéostasie : maintien de la constance des conditions de vie intérieures aux organismes grâce à l’ensemble des régulations automatiques internes.
Hormones : les hormones sont des facteurs de croissances produits par des glandes telles que les ovaires qui sécrètent les oestrogènes ou la progestérones. La circulation sanguine les véhicule jusqu’à l’organe cible, l’utérus et la glande mammaire en l’occurrence.
Hormonothérapie : ou traitement par les hormones. Certains cancers notamment les cancers hormonodépendants, peuvent être traités par des hormones ou par des méthodes supprimant ou contrecarrant la sécrétion normale des hormones dans l’organisme.
Hyperthermie : appelée aussi thermothérapie, l’hyperthermie consiste à utiliser la chaleur dans le traitement de certains cancers et de pathologies urogénitales chronique. Le principe de ce traitement consiste à envoyer de la chaleur grâce à des ondes électromagnétiques jusque dans la tumeur. Lorsque celle-ci est mal vascularisée, les vaisseaux sanguins ne permettent pas d’évacuer la chaleur et les cellules cancéreuses « fondent ».
Hypothalamus : l’hypothalamus est situé à la base du cerveau sous le thalamus. Il est le siège des centres du système neurovégétatif tels que le sommeil, le réveil…
Hypo vascularisation : les tumeurs hypo vascularisées présentent dans leurs tissus un nombre de vaisseaux très en dessous de la normale. Cette déficience permet dans le cadre d’un traitement hyperthermique une plus grande efficacité du fait de la non évacuation de la chaleur.
Hématurie : présence de sang dans les urines
Hémodialyse : Epuration du sang à l’aide d’une machine
Hémorroïdes : Dilatation des veines autour du rectum
Hémostatiques : substance qui arrête une hémorragie
Hépatite : affection du foie provoquée par un virus ou une intoxication
Hépato protecteur : protège le foie
Hypolipémiant : substance qui diminue le taux de lipides dans le sang
Hypotenseur: substance qui provoque une baisse de tension

I

Incontinence : c’est l’émission involontaire de matières fécales ou d urine.
Ictère coloration jaune des muqueuses et téguments due à l’augmentation de la bilirubine
Insectifuge : substance qui chasse les insectes
Intra péritonéale : injection d’une substance à travers le péritoine
Immunodéficient : se dit d’un système immunitaire dans lequel la réponse aux infections et aux tumeurs est diminuée.
Immunogénétique : science des greffes et des transplantations.
Immunoglobulines : ces protéines contenues dans le plasma, sont porteuses des anticorps naturels ou provoqués pour protéger l’organisme. Leur fonction est de se fixer sur les antigènes.
Immunothérapie : l’immunothérapie consiste à pouvoir redonner au système immunitaire la vigueur nécessaire pour rattraper sa défaillance.
Interféron : hormone naturelle produite par l’organisme en cas d’infection par un virus. Il stimule très efficacement les cellules tueuses naturelles NK. L’interféron alpha est produit par les cellules du sang, l’interféron bêta par les fibroplastes.
Interleukines : les interleukines sont une famille de substances qui contrôlent la multiplication et la différenciation des cellules de la moelle osseuse et du système immunitaire.
Interleukine 2 : cette hormone est le principal facteur de croissance des lymphocytes T ou B et même des cellules NK dont elle est capable d’activer la multiplication après leur stimulation par un antigène.

L

Lithiase : calcul biliaire ou urinaire
Laxatif : substance qui a pour rôle d’accélérer le transit intestinal et l’évacuation des selles
Leucémie : maladie du sang caractérisée par la prolifération anormale des globules blancs
LAK – lymphokine activated killer : cellules tueuses activées par Interleukine 2. ces cellules sont obtenues en cultivant le sang des patients.
Leucémie : maladie des cellules du sang qui prive l’organisme de ses moyens de défense. La leucémie peut être aigue ou chronique et témoigne d’une anomalie soit quantitative, soit qualitative, soit les deux, des cellules issues des diverses lignées sanguines. La moelle osseuse est alors plus ou moins rapidement envahie par les cellules leucémiques.
Leucémie lymphoïde : les globules blancs ou leucocytes se divisent en deux lignées. D’une part, les lymphocytes dont la cellule souche est le lymphoblaste qui en proliférant donne sont mon à la leucémie lymphoïde…
Leucémie myéloïde : … d’autre part, les polynucléaires ou granulocytes. Le dérèglement de leurs cellules souches ou myéloblastes donne son nom à cette leucémie qui atteint plus particulièrement les sujets adultes.
Lymphocytes : les lymphocytes sont des cellules qui peuplent la moelle osseuse, le sang , les ganglions, la rate, le thymus et d’autres organes (amygdales ou intestin par exemple) et qui constituent les tissus lymphoïde. Ils comportent deux grands types de lymphocytes appelés B et T.
Lymphocytes T : les lymphocytes T sont spécialisés dans la reconnaissance et la destruction des cellules étrangères et sont capables de reconnaître touts les modifications du complexe majeur d’histocompatibilité que peut provoquer l’infection d’une celles par un virus, un parasite, une bactérie, de même que la transformation maligne de certaines cellules.
Lymphocytes B : les lymphocytes B tirent leur nom d’un organe que possèdent les oiseaux (près du cloaque) et qui s’appelle la Bourse de Fabricius. Cette bourse contient des lymphocytes capables de fabriquer des immunoglobulines, non donné aux protéines qui constituent les anti-corps.
Lymphomes : affections malignes du système lymphatique. Ce sont le plus souvent des affections ganglionnaires.

M

Miction : action d’évacuer l’urine contenue dans la vessie
Macrophage : les macrophages (les grands mangeurs) sont des cellules qui circulent dans le sang et peuvent se fixer dans les tissus. Leur fonction est de surveiller inlassablement l’organisme et de donner l’alerte au système immunitaire en cas d’invasion par des molécules chimiques complexes ou par des cellules étrangères.
Maladie néoplasique : l’affection néoplasique se traduit par une prolifération de cellules ou de tissus cancéreux.
Maladie de Hodgkin : c’est une affection maligne rare mais grave qui naît en général dans les ganglions lymphatiques et se propage à plus ou moins long terme à d’autres ganglions pour s’étendre à de très nombreux organes tes que les poumons, la peau, la plèvre, les os, le tube digestif. La maladie de Hodgkin constitue un lymphome classé à part car l’évolution de la maladie diffère des autres lymphomes.
Méninges : ce sont des membranes fibreuses qui enveloppent le cerveau et la moelle épinière. Chaque membrane porte un nom différent : la dure-mère qui tapisse la face interne du crâne, l’arachnoïde placée en dessous de la dure-mère et la pie-mère qui recouvre la surface du système nerveux central.
Micro-environnement : les cellules sont environnées et conditionnées par des cellules spécialisées qui leur donnent un signal pour se renouveller ou se différencier.
Molécule : la molécule est la plus petite particule d’un corps pouvant exister à l’état libre. Elle est formée d’atomes.
Mutagenèse : modification ou transformation d’une cellule (quelle soit saine ou cancéreuse) provoquée par l’action des traitements de chimiothérapie et radiothérapie.
Mutation : modification de la structure de la molécule d’ADN, donc du matériel génétique. Elle peut être due à un dysfonctionnement de la machinerie cellulaire lors de la fabrication de la molécule d’ADN (mutation dite spontanée) ou elle peut être induite par des agents chimiques, physiques ou biologiques dits mutagènes.

N

Névralgie : douleur siégeant le long d’un nerf ou d’une ramification nerveuse
Néphrectomie : ablation totale ou partielle du rein
Néphrite : inflammation du rein
Néphrologue : messin spécialisé dans les maladies des reins
Néphropathie : maladie du rein

O

Ocytocique : substance qui augmente les contractions de l’utérus
Otite : maladie inflammatoire aigue ou chronique de l’oreille
Oligurie : diminution de la quantité d’urine
Oncogène : gène qui intervient dans le développement d’un cancer. Il s’agit le plus souvent de gènes intervenant normalement dans la vie cellulaire, modifié par une altération (mutation) d’origine chimique ou physique ou autre et qui dérèglent alors le bon fonctionnement cellulaire.
Oncologie : cancérologie
Ontogénèse : l’ontogenèse correspond au déroulement continu des variations plus ou moins complexes qui s’opèrent au cours de la formation d’un individu à partir d’un germe unicellulaire.
Ostéosarcome : cancer né au niveau des cellules osseuses.

P

Polyurie : augmentation du volume d’urine
Pollakiurie : miction fréquence sans que l’urne soit abondante
Papillome : tumeur bénigne ou maligne du col de l’utérus, de la peau ou des muqueuses. Son origine peut-être soit virale, soit dégénérative.
PCR : « Polymérase Chain Reaction » ou réaction de polymérase en chaine : technique permettant par un phénomène d’amplificiation, de produire un grand nombre de copie de fragments d’ADN.
Pharmacocinétique : étude du devenir d’un médicament dans l’organisme, son cheminement dans la circulation sanguine et dans les différents organes, ses différentes transformations, son temps d’action et son élimination.
Phénotype : ensemble des manifestations observables visibles du génome( couleur des yeux, des cheveux, taille…)Les caractères récessifs ne seront exprimés que s’ils sont sous forme homozygote.
Prévention primaire : prévention des cancers par intervention sur leurs causes (appellation de l’Organisation Mondiale de la Santé, OMS).
Progéniteur : cellule souche différenciée ou engagée. Toutes les cellules sanguines sont produites à partir d’une même cellule indifférenciée dite cellule souche totipotente ou cellule souche primitive. Sous l’influence de facteurs stimulants une cellule souche totipotente va s’engager dans la différenciation d’une lignée cellulaire. Elle devient alors un progéniteur.
Protéase : enzyme qui coupe les protéines pour en faire des plus petites (appelées aussi peptides). V Protéolyse.
Protéine : macromolécule formée d’un enchaînement spécifique de très nombreux acides aminés (de quelques dizaines à quelques centaines).
Protéolyse : destruction des protéines en leurs éléments constitutifs qui est assurée dans la cellule vivante par des enzymes dites protéolytiques (protéinases ou protéases).
Psychosomatique : recherche sur les facteurs psychologiques associés à une pathologie.
Pyrimidines : substances azotées composées de 6 atomes qui entrent dans la constitution des molécules des acides nucléiques de la cellule vivante
Paludisme : maladies infectieuse parasitaire du au plasmodium
Pancréatite : c’est l’inflammation du pancréas
Plasmodium : parasite responsable du paludisme
Prostatectomie : ablation totale ou partielle de la prostate
Protéinurie : présence de protéines dans les urines
Pyélite : c’est l’inflammation du bassinet
Pyélonéphrite :
Pyurie : présence du puis dans les urines

R

Reins : glandes secrétariat l’urine
Rétention urinaire : c’est l’impossibilité d’évacuer l’urine contenue dans la vessie
Relaxant : substance qui calme
Rhinite : inflammation aigue des muqueuses nasales causée par un virus ou une allergie
Radiothérapie : thérapeutique locorégionale qui consiste à utiliser les rayonnement ionisants tels que les rayons X dans le traitement de certaines affections et en particulier des cancers.
Récepteurs hormonaux : les tissus cibles possèdent des récepteurs très spécifiques pour chaque hormone capable d’agir sur eux, tels que les récepteurs d’oestrogènes, de progestérone, d’androgènes sur les cellules cibles du sein, de l’utérus et de la prostate. Une quantité infime d’hormones se fixe sur les récepteurs de la molécule. Le couple hormone récepteur atteint rapidement le noyau de la cellule où il agit sur régulation des gènes soumis au contrôle de l’hormone.
Recherche fondamentale : elle permet de comprendre les mécanismes de la maladie et de trouver des moyens (médicaments ou autres) pour bloquer ces mécanismes. La recherche thérapeutique permet ensuite d’expérimenter ces moyens dans un cadre clinique.
Recherche clinique, recherche thérapeutique ou recherche appliquée : réalisée sur l’Homme par des chercheurs médecins et pharmaciens qui travaillent le plus souvent à l’hôpital. Elle fait suite à la recherche fondamentale et à l’expérimentation animale.

S
Spectrométrie de masse : technique physique permettant grâce à l’analyse des rayonnements de déterminer la masse d’une molécule.
Système lymphatique : l’ensemble de l’appareil lymphatique se compose de vaisseaux lymphatiques (sui drainent la lymphe) sur lesquels apparaissent, dans des régions localisées, des ganglions : sous les maxillaires, dans le creux de l’aisselle, dans la région thoracique, dans l’aine. Ces ganglions lymphatiques sont une étape importante dans la phase de maturation des lymphocytes, lesquels pourront ensuite jouer leur rôle de défense.

T

Ténifuge : substance qui tue ou évacue le ténia
Thérapie génique : c’est l’utilisation de l’ADN (plus précisément les gènes) comme médicament. Beaucoup de maladies sont concernées par cette approche thérapeutique : les maladies génétiques, mais aussi des maladies acquises comme le cancer, le sida, certaines maladies cardiovasculaires, certaines maladies du système nerveux central…
Toxines : substances toxiques produites par des micro-organismes tels que des bactéries. Les toxines peuvent être utilisées en thérapeutique. Elles ont alors un rôle d’antigène qui provoque la formation dans l’organisme d’anticorps renforçant ainsi les défenses immunitaires.
Traitement mutagène : traitement qui opère une mutation dans les tissus provoquée par des irradiations ou des compositions chimiques. La radiothérapie et la chimiothérapie sont des traitements mutagènes.
Transfection : introduction de matériel génétique viral dans une cellule. Par extension introduction de tout matériel génétique étranger dans la cellule rendue compétente.
Transgénèse : technique permettant le transfert d’un ou de plusieurs gènes au sein du génome d’une cellule dans le but de modifier le génome de cette cellule.
Tumeur : il existe deux grands types de tumeurs : les tumeurs bénignes et les tumeurs malignes. Les tumeurs malignes sont des grosseurs ou des excroissance de tissus qui se sont développées dans un organe (rein, foie, cerveau, etc.) et sont dues à un dérèglement et à une prolifération anarchique des cellules. Dans certains cas, ces cellules peuvent se disséminer à distance pour former des métastases.

U

Ulcère : lésion caractérisée par une perte de substance du tissu recouvrant la surface du corps ou les muqueuses de l’organisme
Urétrites : inflammation de l’urètre due à une infection
Uretère : conduit reliant le rein à la vessie
Urétrectomie : ablation totale ou partielle de l’uretère
Urétérite : inflammation de l’uretère
Uricurie : présence d’acide urique dans le sang
Urologue : médecin spécialisée dans les maladies de l’appareil urinaire
Urologie : domaine de la médecine et de la chirurgie qui traite les maladies, l’appareil urinaire de l’homme et de la femme ainsi que l’appareil génital masculin

V

Vessie : réservoir contenant l’urine
Vaginite : inflammation du vagin
Varice : dilatation anormales des veines
Vasodilatateur et vasoconstricteur : substance qui ont la propriété de dilater ou de contracter les veines et veinules
Vermifuge : substance qui permet l’élimination des vers parasites de l’intestin
Vascularisation : disposition et densité des vaisseaux dans un organe ou une tumeur.
Vecteurs : terme générique qui désigne tout moyen visant à transporter un ADN « thérapeutique » (ou une autre substance) au sein d’une cellule cible. Ce sont, selon les cas, des bactéries (en particuliers chez les végétaux), des virus ou des microcapsules qui serviront de véhicule à l’information génétique que l’on veut introduire dans la cellule.
Virus : le virus est un micro-organisme composé essentiellement d’ADN ou d’ARN responsable d’un grand nombre d’infections contagieuses susceptible d’être transmises comme la grippe, la rubéole, l’hépatite… un virus se comporte comme un message génétique parasite qui s’introduit dans la cellule et détourne, le plus souvent à son profit, tout ou partie des systèmes de synthèse de cette dernière.